Le Renfort Sanitaire Territorial

Suite au retour d’expérience de la pandémie à SARS-Cov-2 et au regard des témoignages lors des attentats de Paris de novembre 2015 et de Nice de juillet 2016, il apparait essentiel d’intégrer les professionnels de santé non hospitaliers (médecins généralistes libéraux et salariés, médecins spécialistes, infirmiers, kinésithérapeutes, pharmaciens, …) dans les plans de réponse aux crises et situations sanitaires exceptionnelles : plan ORSEC et dispositif ORSAN.

Afin de répondre à cet objectif, et dans le cadre de la révision du dispositif ORSAN, l’URPS-ML-BFC propose la mise en place d’un dispositif de Renfort Sanitaire Territorial reposant sur :

  • La mise en place de formations dédiées, graduées, contextualisées et territorialisées, théoriques et pratiques ;
  • La mise en œuvre d’une logique d’affectation de crise répondant à la double nécessité d’anticipation et de préparation ;
  • Le déploiement d’un outil de recensement, information, mobilisation dans une logique d’optimisation de la gestion des ressources au regard du risque de saturation voire de débordement des capacités de prise en charge.

Une formation spécifique, graduée, contextualisée et territorialisée

Si 85% des médecins libéraux de Bourgogne Franche-Comté n’ont jamais eu d’information ou de formation à la gestion des crises sanitaires, plus de 95 % estiment que la médecine libérale doit être intégrée dans les plans de réponse et nécessaire une (in)formation à la gestion et la réponse aux crises sanitaires.

En partenariat avec le Réseau Urgence de Bourgogne Franche-Comté et les Centres d’Enseignement aux Soins Urgents, plusieurs niveaux de formation sont mis en place :

  • Module socle, une acculturation à la gestion de crises et aux situations sanitaires exceptionnelles a pour objectif une présentation de l’organisation des secours en réponse aux crises et situations sanitaires exceptionnelles, l’articulation entre les différents plans et dispositifs dans leurs différents volets ainsi qu’une présentation de l’articulation avec ces derniers du renfort sanitaire territorial.
  • Formation spécifique pré-hospitalière : l’organisation d’un chantier, les différents échelons, le Damage Control pré-hospitalier et la démarche SAFE MARCHE RYAN, notion de tri et de priorisation, associant l’ensemble des acteurs concernés d’un même territoire : médecins et autres professionnels de santé libéraux, SDIS, DT-ARS et Préfecture, …
  • Formation spécifique établissement : l’organisation interne et son articulation avec les plans et dispositifs de réponse aux crises et situations sanitaires exceptionnelles, le Damage Control chirurgical et réanimatoire, le tri et la priorisation en établissement, associant l’ensemble des acteurs concernés d’un même territoire : SAU, SAMU / SMUR, CME et direction d’établissement, professionnels de santé concernés, …
  • Formations thématiques : prise en charge des urgences psycho-traumatiques, NRBC, risque industriel, … en lien avec les acteurs concernés (CUMP, médecine du travail, industriel SEVESO et NRBC, …) selon les spécificités du territoire.

L’ensemble de ces formations reposent sur un volet théorique et un volet de mise en pratique. L’inscription à une formation impose une participation à ces deux volets théorique et pratique.

Une prise en charge dans le cadre du Développement Professionnel Continu Hors Quota est en cours d’étude ; dans l’attente, les formations sont prises en charge par le Fonds d’Investissement Régional selon le barème DPC.

S’intégrer dans l’organisation des secours

Définir la place de chacun, renforcer les capacités d’accueil et de prise en charge, et ainsi autant que possible retarder une situation de saturation voire de débordement sont autant d’objectifs, devant permettre par ailleurs de renforcer la résilience du système de santé en situation de crise et dans la durée de cette dernière … tout en maintenant un accès aux soins « hors crise ».

La réponse aux crises sanitaires repose sur des schémas organisationnels nationaux spécifiques ou établis au niveau zonal, régional, territorial ou local.

Le plan ORSEC, organisation de la réponse de la sécurité civile, définit au niveau départemental l’articulation des différentes moyens requis sous l’autorité du préfet : service départemental d’incendie et de secours (SDIS), hébergement de secours, gestion des circuits d’eau et hygiène collective, sécurisation des moyens de communication, ….

Le dispositif ORSAN, organisation de la réponse sanitaire, définit les modalités organisationnelles du système de santé, notamment au regard de la nature de l’évènement : biologique et Nucléaire-Radiologique-Chimique de niveau zonal ; afflux massif de victimes, épidémique (et campagne vaccinale de masse) et climatique de niveau régional.

Chaque établissement de santé définit son organisation de crise au sein d’un plan Blanc, bleu pour les établissements médico-sociaux.

Enfin, chaque structure dont l’activité présente un risque particulier (SEVESO, NRBC, …) établit un plan d’organisation interne ou un plan particulier d’intervention.

Définir la place de chacun relève d’une logique de « pré-affectation de crise » : quelle place, quel rôle tenir en cas de crise, selon sa profession, sa spécialité, sa formation et son expérience ?

Une telle approche, partagée avec l’ensemble des acteurs concernés, doit permettre une intégration des ressources libérales dans les plans de gestion et de réponse aux crises et situations sanitaires exceptionnelles.

Informer, organiser, recenser, mobiliser

L’application Lib-ORSAN permet par la procédure d’abonnement de recenser les professionnels de santé volontaires, l’adressage d’alertes ciblées selon la profession, la spécialité, la localisation géographique, … précisant le cas échéant la procédure à suivre.

Les alertes peuvent être adressées soit par les établissements de première ligne lors d’un évènement critique, soit par le niveau régional, en lien avec les autorités concernées.

Afin de faciliter la rédaction et l’adressage des alertes, des modèles d’alertes types peuvent être créés et les abonnés regroupés en secteur ou populations types.