Schéma démographique des généralistes

Démographie médicale > Schéma démographique des généralistes

La prise de conscience de la perspective alarmante d’une baisse de la démographie médicale date de 2004, avec la mise en place d’aides à l’installation des médecins libéraux. Depuis cette date, dans chaque région des zones sont définies comme des « zones de soins prioritaires » ou « zones déficitaires » ou encore « zones sous-dotées »…

Des cartographies ont été réalisées sur la base de critères exclusivement quantitatifs (nombre d’actes, consommation médicale, densité de population, densité de médecins), ceci afin de faire ressortir les zones prioritaires. Depuis cette date, l’Union des Médecins Libéraux de Bourgogne conteste cette approche exclusivement quantitative de la démographie médicale et alerte les autorités sanitaires sur la nécessité de prendre en compte un critère fondamental, celui de l’âge des médecins en exercice dans chaque zone.

En effet, une zone très bien dotée à une date donnée peut très bien, par le départ en retraite des médecins qui y exercent, se retrouver très vite en difficulté. On sait également qu’un départ en entraîne d’autres. Enfin, les éventuels jeunes médecins sur le point de s’installer ne souhaitent pas exercer, on les comprend, dans des zones en difficulté. La boucle est bouclée, il faut bien admettre depuis toutes ces années que la situation n’a fait qu’empirer.

Grâce à une initiative de l’URML Rhône Alpes, une approche novatrice de l’étude de la démographie médicale a été réalisée : le Schéma de Démographie Médicale basé sur le bassin d’activité du médecin généraliste (territoire défini par les flux de population pour consulter un médecin généraliste). Il s’agit donc bien de prendre en compte les besoins de santé de la population d’un territoire donné.

Ainsi GEOSANTE est né : il permet d’identifier les problèmes de démographie médicale en croisant deux données essentielles : la démographie médicale du bassin par le biais de l’âge des médecins et la population desservie. L’objectif est de savoir où le risque démographique est le plus urgent, Quand aura-t-il lieu ? Comment va-t-il se manifester ?

Ce schéma de démographie médicale doit nous permettre d’alerter nos partenaires régionaux sur l’existence de sites sensibles définis grâce à des critères différents (bassin d’activité et âge des médecins) et sur les besoins réels en terme de médecins.

Il doit ainsi permettre dans une région donnée d’organiser ou de réorganiser l’offre de soins dans la mesure où tous les bassins ne pourront être maintenus faute d’une population suffisante et/ou faute de successeur médical.

Objectif et Méthodologie

L’Union Régionale des Médecins Libéraux de Rhône Alpes la première a pris l’initiative de mettre en place une nouvelle approche de la démographie médicale à travers un outil nommé « Schéma de Démographie Médicale » créé par la société GEOSANTE.

Cet outil analyse l’évolution de la démographie médicale à l’échelle des cabinets médicaux praticien par praticien. Il permet de définir les bassins à risque démographique (basés sur l’âge des praticiens) et d’établir des recommandations en termes d’organisation (installation ou réorganisation de l’offre de premier recours).

L’URPS Médecins Libéraux de Bourgogne a souhaité appliquer ce schéma à la région Bourgogne.

Méthodologie :

Les fichiers statistiques utilisés sont issus de l’INSEE sur la base de ses travaux sur les équipements des communes : pour chaque commune de la région bourgogne le fichier mentionne deux informations :

  • La commune dispose-t-elle d’un médecin généraliste, si oui combien ?
  • Sinon vers quelle commune les habitants se dirigent pour consulter un médecin généraliste ?

Les bases de données utilisées sont issues d’extraction des bases RPPS (Répertoire Partagé des Professionnels de Santé) obtenues auprès de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Cette extraction (datée du début de l’année 2014) porte sur les médecins généralistes libéraux (hors Médecin à Exercice Particulier dit « MEP »).

Echelle retenue : le bassin d’activité.

Définition : « Le bassin d’activité se définit comme un territoire au sein duquel les populations se déplacent afin de consulter leurs médecins généralistes. Des comportements homogènes en terme d’accès aux soins caractérisent la population du bassin ».

340 bassins d’activités ont été dénombrés dans la région Bourgogne en 2014.

Définition des niveaux de risque démographique :

  • Risque de niveau 1: bassin d’activité dont le médecin généraliste est âgé de 55 ans et plus.
  • Risque de niveau 2: bassin d’activité dont les médecins généralistes sont âgés de 55 ans et plus.
  • Risque de niveau 3: bassin d’activité dont 50% des généralistes sont âgés de 55 ans et plus.

Recommandations : Cette dernière phase du schéma de démographie médicale consiste à regarder plus précisément les bassins présentant un risque démographique de niveau 1, 2 ou 3 et de prononcer si nécessaire une recommandation (installation ou réorganisation).

Installation :
Cette recommandation est préconisée dans 2 cas :

  • Un bassin est confronté à une disparition du médecin généraliste. La population du bassin au moment du départ à la retraite nécessite de maintenir l’activité médicale (supérieure ou égale à 1000 habitants) La préconisation est alors une installation.
  • Un bassin est confronté à une diminution de ses effectifs de médecins généralistes. Cette diminution a des conséquences sur l’encadrement médical (variation supérieure ou égale à 30% du nombre moyen d’habitants pour un médecin) : la préconisation est alors une installation.

Réorganisation :
Cette recommandation est préconisée dans un seul cas :

  • Un bassin est confronté à une disparition du médecin généraliste mais la population du bassin au moment du départ à la retraite ne justifie pas la continuité de l’activité médicale : la préconisation est alors une réorganisation.